Vous êtes ici : Accueil > Exposition « Gérard Titus-Carmel : Pictura/ Poesis»

Formulaire de recherche

Exposition « Gérard Titus-Carmel : Pictura/ Poesis»





Gérard Titus-Carmel
,

"Gérard Titus-Carmel, né en 1942, est un artiste (dessinateur, graveur, peintre) et poète contemporain de renommée internationale. Son œuvre plastique s’est progressivement construite depuis la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (La Grande bananeraie culturelle ou, entre autres,The Pocket Slize Tlingit coffin qui a suscité un échange fécond avec Jacques Derrida). Elle interroge le rapport au modèle et à sa représentation, elle met en scène des jeux d’altération, de rupture et de ligature. En empruntant les voies du dessin, de la gravure et de la peinture, elle s’est poursuivie, de suites en séries, jusqu’aux œuvres récentes (La Bibliothèque d’Urcée, la série des Feuillées ou des Brisées, Viornes & Lichens, Ramures ou Labyrinthes) qui sont autant de variations autour d’un motif permettant d’explorer les « lieux de mémoire », l’espace du paysage et les cycles du temps, d’ « élucider le mystère de notre présence au monde » (Au Vif de la peinture, à l’ombre des mots, 2016, p. 725), et, notamment, de trouver prolongement dans un dialogue fructueux avec Yves Bonnefoy.

La démarche esthétique et philosophique de Gérard Titus-Carmel s’exprime également dans de très nombreux écrits sur l’art, dans des notes et commentaires. S’il a toujours mené de concert l’écriture et la poésie avec son activité de dessinateur, de graveur et de peintre, il accompagne aussi les œuvres d’écrivains avec lesquels il réalise des « livres de dialogue ». Gérard Titus-Carmel a ainsi publié une cinquantaine d’ouvrages parmi lesquels figurent une vingtaine de recueils de poésie, depuis La Tombée (1987) jusqu’au dernier, & Lointains (2016), qui l’inscrivent parmi les poètes majeurs de sa génération. Explorant la question du fragment et de l’éclat, de la mémoire et de l’oubli, de la présence au monde, ses livres de poésie témoignent du souci constant de leur agencement, comme en écho à cette expérience du jardin relatée dans L’ordre des jours (2008, p.70-71) : « Tu devenais chaque fois un peu plus la médusante figure géométrique de ce monde indéchiffrable et tu te reconnaissais dans l’ordre secret qu’ordonnançaient si innocemment toute sa complexité & sa violence cachée ».

Gérard Titus-Carmel est ainsi à la fois et pleinement plasticien et poète. C’est son activité aux multiples facettes que le colloque international et pluridisciplinaire Gérard Titus-Carmel, l’épreuve et la nécessité entend interroger, quant à sa cohérence et quant à ses enjeux esthétiques et éthiques. Cette manifestation scientifique d’envergure s’attachera à confronter les différentes pratiques de l’artiste, pour en montrer la spécificité et en explorer l’articulation. Deux mots-clés, régulièrement employés par Gérard Titus-Carmel, constituent le cadre d’un questionnement qui répond à la rigueur de composition de l’œuvre en sa diversité et qui favorise toutefois une investigation ouverte. L’épreuve renvoie à la fois à l’expérience (faire l’épreuve demettre à l’épreuve), susceptible de se construire par retouches et tentatives recommencées, mais elle désigne aussi, dans le domaine de la gravure, la feuille d’essai imprimée qui permet à l’artiste de juger de la qualité ou de l’avancement de son travail. La nécessité, quant à elle, dit l’indispensable mais aussi la privation, de sorte que le mot est apte à souligner l’exigence d’une œuvre conçue comme une quête de la beauté, autre terme cher à Gérard Titus-Carmel et qu’il associe, dans ses écrits, à celui de nécessité. Reliés par la simple coordination et, les deux mots épreuve et nécessité peuvent s’entendre séparément ou ensemble, qu’ils soient envisagés dans leur simple complémentarité ou dans leur dépendance réciproque. Ils permettent ainsi d’explorer une œuvre quantitativement et qualitativement fort importante et qui reste en continuelle évolution."

Le commissariat de l’exposition est assuré par Sabine Forero Mendoza assistée de Solène
Neveux.

Un catalogue comprenant une série d’articles et un ensemble de reproductions d’œuvres sera
réalisé pour l’occasion et mis à la vente sur les lieux d’exposition.

L’exposition est réalisée grâce au soutien de : équipes d’accueil ALTER et ITEM, UPPA ;
Fédération de recherche « Espaces, frontières, métissages », UPPA ; équipe d’accueil CLARE
(Centre ARTES), Université Bordeaux-Montaigne ; École Supérieure des Arts des Pyrénées ;
Musée National du Château de Pau ; Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées ;
département des Pyrénées Atlantiques.



Et pour partager sa passion: 

* A partir du 7 novembre jusqu'au 10 février 2019 à La Commanderie de LACOMMANDE.

Entrée libre mercredi, samedi, dimanche de 15 h à 18 h. 
 
Vernissage le vendredi 9 novembre 2018 à 15h 0 La Commanderie
 
* A partir du 7 novembre jusqu'au 10 février 2019 au Musée national et domaine du château de Pau, Maison Baylaucq, 1 place Mulot à Pau (64000). En savoir plus...




Renseignements au 05 59 82 70 68

Accès gratuit
 

Publié le Vendredi 09 Novembre 2018 à 16:10:00

Retour à la liste

Vous souhaitez participer

Apporter vos contributions.

Identification adhérents

Créer un compte

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter.

Formulaire d'inscription à la newsletter

Diaporama photos

  • La Commanderie et le...
  • Ancien cimetière,...
  • La Commanderie
  • La Commanderie
  • La Commanderie

voir les autres photos